Le 2ème Congrès du SMA s’est tenu les 7 et 8 avril à Lyon

Le SMA, Syndicat national des petites et moyennes structures non-lucratives des Musiques Actuelles, a tenu son 2ème  congrès national à Lyon les 7 et 8 avril derniers.

Fondé depuis bientôt trois années, le SMA poursuit sa construction syndicale. Ce 2ème congrès a constitué une étape de construction, de mobilisation et d’engagement.

Une étape de construction :

Depuis son congrès de Lyon, le SMA s’affirme non seulement comme un syndicat des petites et moyennes entreprises relevant de l’économie sociale et solidaire mais il se positionne désormais aussi comme un syndicat de filière.

Dans le champ de l’économie plurielle des musiques actuelles, le SMA représente ainsi des entreprises qui couvrent des activités de production, diffusion, d’accompagnement ou de formation dans le spectacle vivant, l’édition phonographique ou les médias.

Investi dans sa représentativité sur le plan national, Le SMA se construit aussi régionalement au plus près des structurations politiques et économiques qui doivent associer et concerner le développement des entreprises.

Pour avancer dans sa construction et sur ses chantiers, après avoir été porté techniquement à ses débuts par ses deux fédérations fondatrices (la Fédurok1 et la FSJ2), le SMA a acté de son développement spécifique par son installation début mai dans la Maison des réseaux de l’UFISC3 et l’embauche à compter du 3 mai d’Olivier Galan en tant que coordinateur.

Une étape de mobilisation et d’engagement :

Avec plus de 100 personnes accueillies et la venue de Jean-Jack Queyranne, président de la Région Rhône-Alpes, sur un temps d’échange très riche avec les congressistes, le Congrès a permis d’aborder les problématiques d’entreprises et d’employeurs par le biais notamment de la formation professionnelle et des conventions collectives, mais aussi économiques et sociales dans un contexte politique de plus en plus incertain et en mutation (Cf. Programme : cliquez ici).

Lors des plénières thématiques, ont été notamment exprimées :

-La volonté du SMA de s’engager en solidarité de l’action de résistance des café concerts qui, dans les grandes villes comme Lyon, Nantes, Marseille et Paris tentent de s’organiser face à l’application inappropriée et discriminatoire d’une règlementation sur le bruit par les Villes et les Préfectures. Un moratoire auquel s’associe AGI-SON (cf. Tables rondes du 16 avril au Printemps de Bourges : communiqué) doit être mis en œuvre afin de se donner le temps de retravailler sur un nouveau cadre relationnel entre les pouvoirs publics et ces lieux.

-L’interpellation du CNV4 sur sa prise en compte de l’économie des lieux et de la diffusion.

-L’inscription du SMA dans une mobilisation plus large impulsée par l’UFISC le 29 février6 dernier qui permette un débat national au-delà des « Entretiens de Valois », limités au seul spectacle vivant.

1 : Fédération de lieux de musiques amplifiées/actuelles
2 : Fédération des Scènes de Jazz et de musique improvisée
3 : Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles
4 : Centre National de la chanson, des Variétés et du jazz
5 : AGIr pour une meilleure gestion SONore
6 : http://29fevrier.over-blog.com/

Tags: